>Le ton juste

Le pape reparti, les grands maux refont surface

2 min read

Le Pape est venu, il a vu et la vie revient à la normalité.

 

Le Pape a prononcé ses 9 allocutions des discours et des enseignements. Chacun en a pris pour son grade. Il a vu ce que les organisateurs ont bien voulu lui faire voir. Il a serré les mains de ces que ces mêmes organisateurs ont accepté de mettre sur la liste.

Des images insolites en sont sorties. Par exemple, le maire de la commune d’Antananarivo qui donne la clef de la ville sur les hauteurs de la ville devant le perron de la Cathédrale à Andohalo. Insolite dans ce sens que la “mairesse” est une protestante et insolite aussi dans une république qui se réclame à cor et à cri (ou devrait-on dire urbi et orbi ?) de laïque. Une république laïque qui organise un geste hautement symbolique… en tout cas n’ayant rien à voir avec la religion de Rome…

D’autres images ont été occultées. Par exemple, à part la “mairesse” on n’a vu aucun des chefs d’institution serrant la main du Chef d’Etat du Vatican. Comme si les chefs d’institution de la République de Madagascar ne méritent pas de serrer la main d’un président en visite d’Etat. Et pourtant ses chefs d’institution représentent légitimement le peuple.

Le Pape est parti à Maurice. Il reviendra dans la soirée de ce lundi. Et il repartira ce mardi matin. Va-t-on rectifier cela si tant est qu’on peut rectifier des fautes de goût et de protocole de ce genre…

L’avion du  Pape n’a même pas encore décollé d’Ivato que voilà la normalité de la vie des Malgaches reprend ses droits. Les élèves qui vont passer l’examen du BEPC sont déjà devant les salles d’examen anxieux pour certains, rêveurs encore et espérant le miracle “papal” pour c eux et celles qui ont mal révisé et ceux et celles qui n’ont pas étudié du tout.

Et la vie reprend ses droits. Voilà les premières personnes qui dorment devant le tunnel d’Analakely qui reprennent de droit leur dortoir. Ou plutôt des personnes qui savent que la place est vide car ceux et celles qui dormaient-là ont été casées ailleurs. Autant profiter de la place mais aussi espérer être recasées par la suite se disent ces personnes.

On imagine aussi que les “patrons” des gargotes le long du chemin emprunté par le Pape qui ont été obligés de démonter leur établissement ont commencé à reconstruire et ouvrir leu gargote pour le bonheur des petits employés qui fréquent ces restaurant de luxe et convenant à leur portefeuille.

Le Pape est venu, il a vu. Il est reparti et la vie reprend ses droits. Pas de miracle immédiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *